Une vie d’artiste en quelques mots - Juio Foret

Mon blogue

Une vie d’artiste en quelques mots

Une vie d’artiste en quelques mots - Juio Foret

La vie n’est pas toujours facile lorsqu’on est artiste. Ce que j’ai appris, c’est qu’en devenant une star, on a tendance à devenir méticuleux et perfectionniste. Cela fait maintenant quelques années que j’ai formé mon groupe, j’ai eu beaucoup de problèmes au début. Le stress est devenu mon lot quotidien.  Malgré tous les problèmes qui me sont tombés dessus, je n’ai pas abandonné, et j’ai eu raison.

Ma première expérience sur scène

Pour être honnête, je n’ai pas mal traqué, même si je devais chanter devant un minimum de foule. Au début, j’avais peur de décevoir et de me ridiculiser. Je manquais vraiment de confiance en moi, et j’avais du mal à contrôler mes émotions. Quelques minutes avant que le show ne commence, j’ai été paralysé par le stress. Heureusement que je travaillais avec un guitariste qui est aussi un dentiste Côte-Vertu. En effet, il est très compréhensif, et m’a montré quelques astuces qui m’ont aidé à garder mon sang-froid. Il m’a suffi de respirer un grand coup, et de m’isoler un peu pour reprendre le contrôle de mon esprit. Franchement, sans lui, je n’aurais pas pu gérer la situation, ni même été en mesure d’atteindre mon succès d’aujourd’hui. Grâce à lui, j’ai repris confiance en moi, et j’ai osé relever le défi. En toute franchise, j’étais à l’aise sur scène, et je sentais que le courant passait bien entre le public et moi.

Une carrière qui a porté ses fruits

En général, je n’ai plus aucun souci à me faire, car mon objectif est atteint. Avec le groupe, je commence déjà à faire des tournées un peu partout, et j’ai également un grand nombre de fans. En travaillant ensemble avec plus de détermination et de volonté, le groupe a atteint son apogée. Nous étions ambitieux et solidaires, en quelque sorte, c’était notre clé de réussite jusqu’ici. Inutile de préciser qu’on a pu gagner pas mal d’argent à transmettre des messages positifs à travers nos chansons. J’avoue que l’impopularité me manque un peu. Parfois, je voudrais sortir dans la rue sans qu’une personne ne vienne pour se faire prendre en photo avec moi. Avec mon groupe, nous travaillons sur un nouvel album, et ça occupe l’essentiel de nos journées. Parfois, nous allons nous coucher à une heure du matin, mais je tiens le coup. Mon unique motivation, est que je suis en train de vivre mon rêve, et ça n’a pas de prix.