Mes débuts de caméraman !!! - Juio Foret

Mon blogue

Mes débuts de caméraman !!!

Mes débuts de caméraman !!! - Juio Foret

Pour un spectacle de danse de ma fille, les parents de l’association scolaire m’avaient demandé de filmer l’événement. Je ne suis pas plus doué qu’un autre dans cette matière, mais j’avais du temps à leur consacrer cette fois-ci. Ce n’était pas toujours le cas, car j’ai de multiples activités. Je m’entraîne le lundi au hockey ; le mardi, j’accompagne mon fils à la piscine et j’en profite pour faire quelques longueurs avec lui ; le mercredi matin, je cours pendant une heure ; le jeudi et le vendredi, je répète avec une troupe de théâtre dont je fais partie depuis plusieurs années. Le weekend, je le consacre en entier à ma famille. Sauf que, le jour où je devais prendre une vidéo de la prestation des enfants, j’avais prévu un bilan avec mon conseiller financier. Je décalais cet entretien au lundi. 

Le matin, avant de partir à la répétition générale de ma fille, j’appelais ma femme pour qu’elle nous rejoigne dans l’après-midi. Elle ne connaissait pas l’heure exacte du spectacle, car elle avait été absente pendant deux semaines. Son déplacement l’avait conduite en Afrique, en Asie, et même en Europe. Elle en avait rapporté des cadeaux pour notre enfant. Celle-ci était impatiente de voir sa mère, tout en étant très excitée à l’idée de monter sur scène devant tant de spectateurs. Je dois reconnaître que, pour son âge, elle était tout de même assez raisonnable. Je l’emmenais à la répétition du spectacle et j’en profitais pour me familiariser avec le matériel que je devrai utiliser dans l’après-midi pour filmer.

Sur un pied, une caméra était posée. Je m’attendais à ce que l’on me donne un engin simple à manier, ce qui n’était pas le cas. Des boutons, dont l’usage m’était totalement inconnu, ornaient chaque côté de la caméra. Une longue tige permettait de la bouger. Le poids de l’appareil se faisait sentir, même avec une telle aide. Enfin, un technicien arriva pour me montrer son fonctionnement. Il m’expliqua en détail l’utilité de chaque commutateur, sa relation avec la console vidéo, la façon dont il enverrait en direct la vidéo sur Internet. Il m’expliqua aussi que le son serait pris par une autre machine et que tout serait synchronisé grâce au studio composé d’ordinateurs qu’il avait monté dans un camion. Tout ceci me semblait bien trop professionnel pour moi. Je finis par lui demander comment je devais me servir de la caméra pour zoomer. Il me répondit que le plan était fixe, que je n’aurais rien d’autre à faire que d’appuyer sur un bouton pour l’allumer.